par Franck Thomas

Sketch à thème écrit pour une soirée cabaret.

Kebab-​​philo

mai 2006

Durée : 5 minutes
Personnages : 3 hommes

Pascal. Qu’est-ce que j’ai la dalle, moi ! Elle est bien cette soirée, mais j’ai pas dîné et y’a rien à bouffer.

Eutique. Attends, je connais un p’tit mec sympa près d’ici, tu verras, il vient d’ouvrir. C’est un nouveau concept : un kebab-​​philo.

Pascal. Un quoi ?

Eutique. Un kebab-​​philo. Tu connais les cafés philo ? Hé ben lui, il a eu l’idée d’ouvrir un kebab-​​philo. Ca marche super bien appa­remment, tu vas voir. (ils arrivent à la baraque) Bonsoir !

Patron. Bonsoir.

Eutique. Je vais vous prendre un grec. Vous avez quoi, déjà ?

Patron. Démocrite, Epicure, Demosthène, Héraclite, Anaximandre…

Eutique. Ouais, je vais vous prendre un stoïcien.

Patron. Socrate, Descartes, Platon ?

Eutique. Pardon ?

Patron. Un complet, Socrate, Descartes, Platon ?

Eutique. Euh, non, sans Platon ! J’ai bien l’intention de me serrer une petite meuf ce soir, vaut mieux pas que je pue trop de la caverne…

Patron. Quel concept ?

Eutique. Mettez-​​moi de la Trans­cen­dance, avec un peu d’Absolu. Mais pas trop, après ça arrache.

Patron. Ok. Et pour vous ?

Eutique. Tu veux quoi, Pascal ?

Pascal. Euh, ben, mettez-​​moi la même chose. Par contre, vous pouvez y aller sur les épices…

Patron. Si vous voulez, j’ai ma spé­cialité… Mais, je vous pré­viens, c’est vraiment fort, faut être habitué…

Pascal. Euh, ben, pourquoi pas, qu’est-ce que c’est ?

Patron. C’est une sauce à partir d’ail qui vient des Balkans. Là-​​bas, ils s’en ser­vaient pour décimer leurs ennemis pendant le conflit en Bosnie… Ils appellent ça l’Ail de guerre !

Pascal. Bon, ben ok, va pour l’Heidegger !

Patron. (se retournant vers l’intérieur de son resto) Mon­tes­quieu, y’a quelqu’un à la porte ! Ca doit être Berg qui vient te chercher !

Pascal. (regardant là où le patron prépare) Tiens, c’est marrant, j’ai jamais vu ça, c’est des plaques élec­triques ? à induction ?

Patron. Non, c’est un modèle qui vient de sortir, ce sont des plaques à déduction logique. Avec elles, impos­sible de rater n’importe quelle recette, c’est mathé­ma­tique ! (puis se retournant à nouveau) Mon­tes­quieu ! Berg sonne ! Va ouvrir ! Et méta­phy­sique avant de sortir !

Eutique. Ah, putain, j’en ai plein les pattes moi, j’ai marché toute la journée, j’ai plus l’habitude.

Pascal. Ah bon ? Mais qu’est-ce que t’as fait de ta voiture ?

Eutique. Ben, hier, y’avait des vieux bruits, et ce matin elle m’a fait des caprices, alors j’ai préféré la laisser au garage pour qu’ils me véri­fient tout.

Pascal. Ouais, t’as raison, il vaut mieux être Proudhon. C’est quelle Marx ?

Eutique. (pro­nonçant à l’asiatique) « Spinoza », c’est japonais je crois. J’ai trouvé le numéro d’un conces­sion­naire dans le Plotin. Et toi, tou­jours pas décidé ?

Pascal. Oh là, non, surtout pas quand tu me racontes ça. Et puis t’as vu les prix à la pompe ? Non, t’es fou ! « L’existence précède l’essence ». J’existe, donc je marche. C’est comme ça. D’ailleurs, putain, en ce moment, y’a des poulets partout dans la rue ! Toi, t’es peinard, il recom­mence à faire beau, tu res­pires de grandes bouffées Diogène, mais partout y’a des flics Kir­ke­gaard du coin de l’œil comme si t’étais tou­jours hors-​​la-​​loi ! J’te jure, avec Sarko, j’ai peur qu’on ait plus le droit de rien faire. Y’a de moins en moins de liberté !

Eutique. Ouais, c’est clair, c’est du despotisme…

Pascal. Tsé, bientôt, on sera considéré comme des robots ou comme des chiens !

Eutique. Ouais, c’est clair, c’est du Dogmatisme…

Pascal. Franchement, chaque jour, c’est de pire en pire !

Eutique. Ouais, c’est clair, c’est de l’Empirisme…

Pascal. T’as plus le droit de te pro­mener à plus de trois, ni de porter de signes reli­gieux à l’école, ni de faire venir ta famille quand t’es immigré, ni de lire ce que tu veux, ni…

Eutique. Ouais, c’est clair, c’est du Nihilisme…

Pascal. Tsé, ma copine, Lise, elle a bien une idée, mais…

Eutique. Ouais, enfin, l’Idéalisme… (se tournant brus­quement vers le patron) Oh, vous pouvez mettre plus fort la radio, s’il vous plait ? J’adore cette chanson ! (chantant à la Johnny) Quoi, Hegel ? Qu’est-ce qu’il a, Hegel ? (cessant de chanter aus­sitôt) Ah, mais vous vendez du vin, c’est nouveau ça ! Qu’est-ce que vous avez ?

Patron. Oh, pour l’instant, j’ai qu’un seul modèle, c’est un petit vin de cépage.

Eutique. Du cabernet-​​sauvignon ?

Patron. Non, c’est un merlot.

Eutique. Faîtes voir… (lisant) Merleau-​​Ponty… Ah oui, effec­ti­vement. (lisant) Domaine Vito…

Pascal. Ahhhh ! (citant majes­tueu­sement) In Vito Lévinas ! (après un court temps où il est dans sa rêverie, chantant à la taba­da­badam) « Il y’a le Ça lalalala, ça lalalala, Et puis le Moi lalalala, moi lalalala, Et le Surmoi lalalala… »

Eutique. (se retournant vers lui) Hein ?

Pascal. (sortant de son délire) Hein ? Non, rien, je Freud-​​onne… (au patron, à voix basse, en regardant à droite et à gauche) Et, euh… vous savez pas où je peux trouver du Nietzsche ?

Patron. Ah non, mon­sieur, moi je touche pas à ça mon­sieur, c’est interdit par la loi !

Pascal. Allez… un p’tit volume,quoi… juste de quoi se rouler quelques pages, pour dépanner, tu vois bien, on est en galère… C’est pour mon pote Eutique, là !

Eutique. (s’étirant avec énergie) Ahhhhhh, putain ! J’ai une de ces Volontés de puis­sance, moi !

Patron. Non, mon­sieur, n’insistez pas, j’ai rien je vous jure. Ca fait douze euros avec le vin.

Pascal. Ouais, ouais, ok, laisse tomber. Ah merde, je suis à sec. (se tournant vers Eutique) T’as de la maille, Eutique ?

Eutique. (payant) Ouais, c’est bon. Mais allez, viens, faut qu’on se magne, je crois que le spec­tacle continue…

Partager ce texte

Réagir, interroger, ouvrir

  • Kebab-​​philo

    Le 2 décembre 2014 à 09:31 , par odile de ray

    Très très bon, quelle finesse ce FRTH !
    Un vrai régal de te lire !

    Répondre à ce message

contact

2017 © frth