par Franck Thomas

Publications dans la revue.

Estée Dalle (4) #1

juin 2010

De : Estée Dalle À : aidez-​nous@​immigration.​gouv.​fr
_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​

Monsieur le Ministre,

Confrontée au laxisme indigne des ser­vices de police qui refusent de prendre en compte le témoi­gnage des nom­breuses infrac­tions que je constate tous les jours dans mon quartier (pour infor­mation : com­mis­sariat du 1 avenue Eisen­hower et du 1 rue de Lis­bonne), je suis fière de pouvoir enfin accomplir mon devoir de citoyenne grâce à ce nouveau service que vous venez de mettre en place. Heu­reu­sement, il reste en France des per­sonnes com­pé­tentes et engagées comme vous, prêtes à défendre les valeurs de notre pays contre l’invasion cri­mi­nelle qu’il subit.

Je tenais ainsi à vous signaler que le res­taurant chinois ins­tallé au 45 rue de Miro­mesnil dans le hui­tième arron­dis­sement emploie un tra­vailleur clan­destin qui est logé juste en face, je crois au premier étage droite du numéro 44. Le gardien de cet immeuble, un por­tugais dont le titre de séjour serait sans doute à vérifier, est au courant de la situation et refuse de la dénoncer. Je ne suis cer­tai­nement pas la pre­mière per­sonne à avoir remarqué cette irré­gu­larité, et vous avez sous doute reçu d’autres témoi­gnages allant dans ce sens, ce qui devrait vous inciter à porter entiè­rement crédit à ma décla­ration. J’ai pu découvrir que ce chinois délin­quant se fait appeler Paul, ce qui, au vu de sa phy­sio­nomie et de son élo­cution, constitue avec cer­titude une preuve sup­plé­men­taire de sa culpabilité.
Dans l’attente de l’action efficace que vous ne man­querez pas de mener pro­chai­nement pour la survie de notre culture et de nos enfants, je vous prie d’agréer, Mon­sieur le Ministre, l’expression de mon plus profond respect.

Estée Dalle

PS : Le gardien du 44 est par ailleurs extrê­mement bruyant à des horaires inac­cep­tables, et n’hésite pas à menacer phy­si­quement les pauvres per­sonnes qui pour­raient s’en plaindre, tout en refusant de se plier aux règles les plus élé­men­taires de pro­preté cor­po­relle. Je vous invite ainsi éga­lement à pré­venir les ser­vices de l’Inspection de l’Hygiène et de la Pro­tection des Animaux, lorsque vous des­cendrez au res­taurant chinois pour y arrêter le cri­minel, au vu de la crasse qui couvre sa façade et de la dis­pa­rition chro­nique de nom­breux animaux domes­tiques dans notre beau quartier.

Partager ce texte

Réagir, interroger, ouvrir

contact

2017 © frth