par Franck Thomas

Visite

août 2013

Il y a cer­taine nuit sans sommeil.
Elle surgit l’air de rien, au fil des heures qui passent. Peu à peu, elle s’installe dans la moiteur du soir, avec la mine sour­noise de l’amie dévouée. Elle se laisse accueillir.
J’ai tou­jours un pin­cement : ce n’est pas le bon jour.
« Reviens demain » lui dis-​​je, « Tu seras attendue ».
Mais elle n’entend rien, la nuit.
Elle vient, c’est tout.
Et je reste là, avec elle. Les yeux ouverts sur l’infini.

Partager ce texte

Réagir, interroger, ouvrir

contact

2017 © frth