par Franck Thomas

Mécanique

septembre 2013

Je vou­drais être dans un esca­lator infini. Ne jamais être parti, ne jamais arriver.
Être sus­pendu là, sur les marches d’acier, à regarder défiler les boutons d’arrêt d’urgence et les car­reaux salis. À oublier tout, petit à petit : les motifs et les joutes, les joies et les regards, et les chemins surtout.
Savourer l’insouciance.
N’être plus qu’un lent mou­vement d’absence.

Partager ce texte

Réagir, interroger, ouvrir

  • Mécanique

    Le 6 septembre 2013 à 18:45 , par Pat

    Un beau voyage très loin, ailleurs.
    Mou­vement per­pétuel…
    Jusqu’au fron­tières de l’infini.

    Répondre à ce message

contact

2017 © frth