par Franck Thomas

Fééries

octobre 2013

Un bruit d’explosion me tire de mon travail. Puis un autre. Un feu d’artifice, dehors.
Par la fenêtre ouverte, j’aperçois les fusées.
J’aperçois aussi un nuage proche : il a la forme d’un homme à la main tendue vers le spec­tacle.
La com­pé­tition s’engage alors pour mon attention.
Je suis d’abord les cou­leurs, qui se suc­cèdent en mer­veilles.
Mais le nuage change de forme : c’est main­tenant un buste de Louis XIV. Il reprend l’avantage.
Les arti­fi­ciers redoublent d’ardeur, mais face à eux voilà déjà une sor­cière en balai. Ils tentent des parades mul­ti­co­lores, mais c’est un pélican, un massif d’hortensias, une guitare basse à présent.
Le bouquet final profite d’une hési­tation de la nature pour me happer à nouveau.
Lorsque je retourne vers lui, le nuage est tout ramassé.
Ce n’est plus qu’un chiffon informe.
Quel mauvais joueur.

Partager ce texte

Réagir, interroger, ouvrir

contact

2017 © frth