par Franck Thomas

Automne

octobre 2013

Arrête un peu !
Le retour de tes pleurs me déprime.
J’ai déjà bien assez de mal à sécher mes propre tris­tesse sai­son­nière, pour ne pas avoir en plus à éponger la tienne.
Sers-​​toi de tes nuages, bon sang !

Partager ce texte

Réagir, interroger, ouvrir

contact

2017 © frth